BUSINESS BYTES

Relever le défi du cloisonnement des activités : comment le CIO peut-il devenir le champion de la transformation numérique ?

  • Publié il y a 1 an
  • 3 min de lecture

Lorsqu’on parle de transformation numérique, on peut se poser en premier lieu la question de savoir qui devrait gouverner le processus de changement. L’exploitation des possibilités qu’offre le numérique soulève de nouveaux défis allant des risques en matière de sécurité à l’intégration effective des données. Ces défis doivent être analysés et relevés. Il est donc normal que le CIO prenne en main le processus de transformation numérique. Mais pour mettre en place une gouvernance efficace, il faut une interdépendance et une correspondance étroites entre les objectifs du département informatique et ceux de l’entreprise.

Plus facile à dire qu’à faire évidemment... Si tout le processus décisionnel au niveau de l’organisation doit impliquer les bonnes personnes pour s’assurer que les priorités opérationnelles sont bien respectées, plus on ajoute de personnes à ce processus, plus il sera fastidieux. Par ailleurs, plus une structure est complexe, plus les procédures de prise et de justification des décisions deviennent contraignantes, ce qui ralentit inévitablement tout progrès.

En introduisant des éléments de gouvernance tels que la responsabilité, la responsabilisation et la communication, le nombre de participants aux discussions augmente, ce qui ralentit le processus. Mais en même temps, les CIO peuvent par ce biais, enrichir le processus de la transformation numérique en y intégrant des idées nouvelles et d’inestimables perceptions.

En créant un processus de gouvernance qui allie responsabilités claires, flexibilité et ouverture aux idées nouvelles, le CIO peut s’assurer que la gouvernance soutient réellement une transformation réussie. Si ces structures peuvent parfois être perçues comme une charge, elles représentent aussi une occasion unique de façonner la transformation, pour qu’elle soit, in fine, bénéfique à l’ensemble des activités de l’organisation. Une telle évolution ne pourra qu’améliorer le flux d’information interne. Quelle meilleure façon de s’assurer que l’IT est bien alignée sur les objectifs opérationnels souhaités ?

En impliquant de manière formelle les professionnels des différentes business units dans le processus, les projets IT risquent moins de se muer en expériences totalement déconnectées de la réalité du terrain. Une structure de bonne gouvernance permet d’obtenir du feed-back sur la performance IT, la conformité réglementaire et l’impact sur les business units. Ce qui, à son tour, permet de s’assurer que le changement génère de la valeur profitable à l’entreprise.

Pour que la conversion numérique devienne réellement une transformation, il faut aborder les défis y afférents de manière collective et surtout, collaborative. Pour y parvenir, il faut pouvoir compter sur le support adéquat que peut apporter un CIO centré sur cette mission.

Linkedin: La conversion numérique ne peut vraiment transformer les choses que si priorités opérationnelles et priorités IT sont parfaitement alignées. Comment le CIO peut-il s’assurer que le processus de gouvernance existant allie effectivement responsabilités claires et flexibilité pour parvenir à la transformation des opérations?