BUSINESS BYTES

La technologie peut-elle modifier le cours du 21ème siècle ?

  • Publié il y a 1 an
  • 4 min de lecture

Le secteur des soins de santé est à la croisée des chemins. La population de l’UE est vieillissante. Les prévisions actuelles de la Commission européenne indiquent qu’il y aura une augmentation de 72 pour cent des personnes âgées de 65 ans et plus à l’horizon 2050, ce qui signifie qu’un tiers de la population sera proche de l’âge de la retraite dans 35 ans. D’après IDC Health Insights¹, alors que la demande s’accroît, l’accès aux soins de santé et les ressources allouées à ceux-ci sont en diminution. Alors que les réglementations se modifient, les organismes de soins subissent des pressions croissantes pour remplir leurs tâches contre vents et marées.

Intégration

Nombreux sont ceux qui considèrent que l’intégration des services de soins de santé et sociaux représente la solution clé en main pour atténuer la pression qui pèse sur le système des soins et c’est tout à fait logique. Alors que près d’un tiers des personnes âgées en Europe souffre de maladies chroniques², tout ce qui permet de remédier à la fragmentation des services, de réduire les doubles-emplois et d’utiliser plus efficacement des ressources qui se raréfient ne peut qu’être une bonne chose. Les hôpitaux capables de collaborer entre eux pourront beaucoup mieux appréhender l’état de leurs patients, tout en économisant du temps et des frais administratifs.

Des contacts transparents entre soins de santé et services sociaux rassurent les patients sur la perception de leurs antécédents et la satisfaction de leurs besoins. Plus important encore peut-être, un partage efficace des informations entre les deux secteurs permettra enfin aux soins de santé de passer du stade du traitement à celui de la prévention, tout en répondant aux exigences du 21ème siècle.

Personnalisation

Un système de santé axé sur le consommateur voit également le jour, dans lequel les personnes jugent leur expérience en fonction de la manière dont elles sont considérées en tant que personne plutôt que de la façon dont leur maladie est traitée. La personnalisation des soins de santé transparaît clairement dans l’explosion des plus de 97.000 applis mobiles dans le monde et de celle des communautés P2P en ligne pour le partage des informations en dehors du paradigme traditionnel médecin-patient. Les personnes peuvent sélectionner et retenir des outils et des technologies en ligne, afin d’adapter leurs soins en fonction de leurs valeurs et de leurs objectifs.

Dans un système de santé personnalisé, les traitements ne s’articulent plus sur un modèle unique et les données sont démocratisées et librement disponibles pour les patients, afin qu’ils soient mieux informés. Des technologies numériques sont utilisées pour mieux connecter les patients et leur équipe de soins ; elles permettent aux consommateurs d’être des partenaires actifs dans la gestion de leur santé et de leur bien-être.

Industrialisation

En plus de l’intégration et de la personnalisation, les soins de santé sont depuis quelque temps en cours d’industrialisation et connaissent des changements semblables à ceux subi par les différentes industries voici un siècle. La technologie et une meilleure gestion des informations contribuent grandement à ce processus. On constate ainsi que les prescriptions électroniques comportent moitié moins d’erreurs que celles rédigées à la main. En quelques instants, ces prescriptions peuvent faire l’objet d’un contrôle électronique, pour vérifier que la posologie est raisonnable, qu’il est tenu compte de l’interaction avec d’autres médicaments, des allergies et de l’état clinique du patient, tout cela grâce à la consultation d’un dossier médical électronique performant et des informations disponibles sur la personne traitée. On constate également une tendance croissante à la standardisation des rôles et des tâches, afin de rationaliser le service au patient, et une division des tâches, afin d’aider à faire face aux réductions des budgets et du personnel. Ces changements doivent permettre des soins de santé plus efficaces, mais, pour pouvoir atteindre son plein potentiel, l’industrialisation doit aller de pair avec la personnalisation du traitement et l’intégration des services.

L’importance des données

Le tissu conjonctif de tout cela, ce sont bien sûr les informations. Alors que les technologies sophistiquées pénètrent les petites cliniques locales après avoir envahis les grands centres de soins, les hôpitaux collectent bien davantage d’informations sur les patients que par le passé. Le partage d’informations sur le web sous la forme de documents, d’images et de rapports devient de plus en plus commun.

Les systèmes ou logiciels de suivi peuvent réduire les temps d’attente et les médecins connaissent en permanence l’endroit exact où se trouve le patient. Certains hôpitaux utilisent des tablettes portables sans fil pour suivre les patients ou ont recours à des systèmes de suivi post-hospitaliers pour aider les patients à ne pas manquer leurs rendez-vous. Les patients eux-mêmes suivent et enregistrent de plus en plus leur historique médical, afin d’être informés des soins qui leur sont dispensés. Le partage des données et les systèmes de partage des tâches permettent également un meilleur contrôle par les patients. Il leur est par exemple plus facile d’obtenir un second avis dispensé par un autre médecin s’ils ne sont pas satisfaits du traitement qui leur est proposé.

L’avenir des soins de santé

L’intégration, la personnalisation et l’industrialisation constituent trois forces clés de changement, capitales pour faire face aux exigences du 21ème siècle. Toutefois, même avec la surveillance et l’accumulation de données, la consumérisation et l’automatisation des processus, les soins de santé n’ont pas totalement évolué et les problèmes de congestion et d’inefficacité demeurent. La technologie s’accompagne bien sûr toujours de défis, mais en dépit de toutes ses limites, elle contribue à coordonner et à redéfinir les soins de santé d’une manière qui aurait été inimaginable voici une décennie à peine. Avec moins de lits, moins de médecins et l’accélération des traitements, l’hôpital de l’avenir est en marche. Mais il faudra du temps – et de considérables changements – pour qu’il existe réellement.




¹ IDC Health Insights, Western Europe Healthcare 2013 Top 10 Predictions, doc #HIOH01V, janvier 2013
² IDC Healthcare Insights, 2014