BUSINESS BYTES

Une bonne visibilité exige de bons outils

  • Publié il y a 1 an
  • 3 min de lecture

L’intelligence. Cela signifie parfois à quel point l’on est brillant, mais dans le cas qui nous occupe, il s’agit des renseignements dont on dispose. Comme l’intelligence militaire, l’intelligence financière peut contribuer à gagner la guerre ou à perdre la bataille. Impossible de parvenir au sommet en l’ignorant.

Les équipes responsables des finances ont longtemps collecté des données et les ont analysées pour apporter un éclairage précis sur les performances opérationnelles en utilisant une plume et du papier ou des cartes perforées. Au cours des cinq dernières années, certaines choses ont cependant changé.

En premier lieu, la pénurie mondiale de crédit a accaparé les esprits comme jamais par le passé et les moindres détails des performances financières ont été passés à la loupe. Chaque article de l’inventaire, chaque facture impayée, chaque produit invendu pouvait contraindre à accroître inutilement l’endettement de l’entreprise.

Ensuite, les logiciels de veille ou intelligence sont devenus plus accessibles et les données, plus diversifiées. Les équipes responsables des finances ont désormais la possibilité d’exploiter les données provenant de leurs propres systèmes, relatives notamment à la gestion de la masse salariale ou des bons de commande, mais aussi en provenance d’autres outils de gestion, liés à la planification des ressources de l’entreprise, aux ventes, à la chaîne d’approvisionnement et aux RH. Les logiciels sont en outre devenus plus faciles à utiliser, se prêtent mieux à l’adaptation de données provenant de différentes sources et permettent une présentation plus visuelle des résultats, ce qui aide les équipes de responsables des finances à travailler plus rapidement.

Parallèlement, les fonctions opérationnelles sont davantage interconnectées et les données, plus actualisées. Au lieu d’attendre des semaines pour obtenir des données importantes sur les ventes ou la facturation, les équipes responsables des finances les obtiennent en quelques jours, voire en quelques heures. Certaines entreprises commencent même à exploiter des données provenant de systèmes « sous tension », en recourant à l’analyse des données de la RAM (in-memory analytics).

Le CFO occupe ainsi une place privilégiée pour appréhender l’état financier de l’entreprise.

Don Mailliard, North American Leader for Financial Management chez KPMG, déclare : « Nous pensons que le CFO devient le principal point de convergence des données cruciales pour l’entreprise. En tant que nouveau leader en matière de connaissances, il peut valoriser l’analyse décisionnelle pour connecter les performances opérationnelles et financières. En matière, par exemple, de fabrication, la gestion de l’utilisation des unités de production, des capacités et des retards est essentielle à la réussite opérationnelle. Ces priorités ont toutefois également des liens directs avec les prévisions de revenus et le CFO occupe une position privilégiée pour exploiter cette veille ou intelligence et accélérer les performances globales de l’entreprise. »

Ce point de vue est corroboré par les faits. C’est ainsi qu’une étude conjointe de Gartner et de Financial Executives International montre que 15 des 19 principaux processus opérationnels nécessitant un support technologique accru relèvent en grande partie des technologies de veille économique, d’analyse et de gestion des performances.

Les projets de veille ou d’intelligence économique sont complexes. Ils peuvent exiger de multiples efforts pour convaincre tout le personnel de l’entreprise de se rallier aux conditions d’exploitation et à la taxonomie des données afin d’appréhender de manière cohérente les performances. Or, avoir le contrôle des informations en possession de l’entreprise constitue la première étape pour parvenir à cet objectif. Les CFO disposent désormais d’outils qui les aident à comprendre la situation au fil de son évolution et du savoir-faire pour l’améliorer si nécessaire. Tout ce que cela exige, ce sont des données, des logiciels et beaucoup de travail.



[Références]

1 « Survey Analysis : CFOs Top Imperatives », The Gartner FEI CFO Technology Study, 2013
http://www.gartner.com/newsroom/id/2488616