BUSINESS BYTES

L’impression 3D et l’expérience des clients de détail de demain

  • Publié il y a 1 an
  • 3 min de lecture

L’impression 3D est réellement susceptible de modifier l’expérience de l’achat au détail. Elle allège le processus de fabrication par rapport aux méthodes traditionnelles et offre de très vastes possibilités de personnalisation, le tout à un prix incroyablement concurrentiel. En dépit de tous ces avantages, la technologie de l’impression 3D n’en remonte pas moins au début des années 1980. C’est en 2007 qu’elle a pour la première fois fait l’objet d’un Cycle du Hype du groupe Gartner (Gartner’s Hype Cycle), cartographiant les technologies émergentes.

Toutefois, ce « déclencheur d’innovation » suivant ce cycle s’est rapidement avéré être un marché en pleine expansion, Gartner estimant que les ventes d’imprimantes 3D progresseront de 98 pour cent en 2015, puis seront doublées en 2016.

Il est difficile de dire comment l’impression 3D sous ses différentes formes modifiera le cours de la vente au détail et de l’expérience de la clientèle à l’avenir. Les tendances émergentes indiquent toutefois qu’un changement fondamental commence déjà à s’opérer, les clients gagnant en puissance et la technologie évoluant pour satisfaire leurs exigences.

D’abord, le délai de commercialisation diminue drastiquement pour les produits. En partie parce les cycles de conception et de prototypage sont plus rapides grâce au processus de l’impression 3D. De plus, alors que les choses s’accélèrent, les temps de préparation des équipements en usine, la création d’outillage pour les nouveaux produits et d’autres obstacles à la création commenceront eux aussi à disparaître progressivement.

Deuxièmement, la conception ouverte est désormais un principe bien établi. Les utilisateurs finaux seront de plus en plus à la base de la conception des produits, qui sera à la portée de n’importe lequel de ces utilisateurs disposant des compétences et des outils nécessaires. En conséquence, la customisation deviendra de plus en plus la norme, jusqu’à ce que le consommateur commence à la considérer comme une partie de la production en général.

Enfin, la personnalisation n’est pas le seul avantage pour les clients. Le cycle d’achat, déjà optimisé pour fournir à bref délai des produits de masse, pourrait encore se raccourcir grâce à l’impression 3D. C’est ainsi, par exemple, que la commande d’articles en rupture de stock, qui auparavant impliquait un délai d’attente pouvant atteindre un mois, devrait appartenir au passé, n’importe quel article pouvant potentiellement être imprimé sur place de façon ponctuelle. De même, l’adoption de l’impression 3D à domicile permettra aux consommateurs d’acheter des créations en ligne et d’imprimer les produits chez eux, évitant ainsi tout le processus lié à une commande.

Aujourd’hui, certains grands noms de la distribution commencent à expérimenter l’impression 3D. C’est le cas d’Amazon, qui a lancé un magasin d’impression 3D (3D printing store) et a déjà vendu des bijoux, des jouets et d’autres cadeaux aux États-Unis l’an passé. Mais ce n’est qu’un début. Avec la poursuite de l’évolution de l’impression 3D, il deviendra beaucoup plus facile – et moins cher – pour les clients d’acheter à la demande une gamme bien plus large de produits et pour les firmes d’offrir une rapidité, une précision et une personnalisation beaucoup plus grande.