BUSINESS BYTES

Ce n’est pas parce qu’on ne réussit pas la première fois qu’il faut négliger l’expérimentation !

  • Publié il y a 1 an
  • 3 min de lecture

Pour les départements IT, il est logique de pouvoir tester une technologie avant de la déployer dans toute l’organisation. En testant une nouvelle technologie sur le terrain, les responsables informatiques peuvent répondre à plusieurs questions pratiques importantes qui, sans cela, ne seraient pas, ou moins, prises en compte. Quelles innovations bénéficieront le plus aux opérateurs en termes d’exploitation ? Et parmi ces innovations, lesquelles apporteront la meilleure expérience aux utilisateurs ? Les réponses à ces questions peuvent être cruciales lorsqu’on cherche à accroître la productivité.

Pour que cette approche soit efficace, il faut y consacrer du temps. L’essentiel du travail consiste souvent à convaincre le management et le personnel d’accepter le risque d’une ‘expérimentation’ impliquant la nouvelle technologie. Le management manifeste une aversion naturelle pour tout élément de ‘rupture’ et la plupart des CEO préfèrent certainement la stabilité des opérations et la fiabilité de la production, à l’expérimentation de nouveaux processus. Qui plus est, si les employés sont à l’aise avec les processus existants, il ne sera pas facile de perturber ce confort et de convaincre le personnel qu’un changement leur sera profitable.

Bien qu’on puisse les comprendre, ces attitudes ralentissent le changement et entravent l’innovation sur le plan de l’informatique. Pour les CIO, tenter de faire réellement bouger les choses à partir de l’intérieur influence la manière dont l’entreprise réfléchit au changement en impliquant décideurs et collaborateurs dans des solutions nouvelles ou expérimentales. Commencez donc par développer des relations avec les personnes qui ont de l’influence au sein de l’organisation. S’il y a une idée géniale à « vendre », l’un des membres du conseil d’administration ou des directeurs des opérations devra l’ « acheter » - c’est-à-dire y adhérer. Quelle que soit la proposition, la plupart des gens sont généralement plus réceptifs aux suggestions si les idées ne leur sont pas imposées de manière inattendue.

La meilleure façon dont un CIO puisse convaincre son organisation de soutenir un projet dans lequel il croit consiste à impliquer les autres dans ce projet. Plutôt que d’expérimenter une technologie en vase clos, le CIO a tout intérêt à faire participer l’organisation à un stade précoce de son projet.

Deuxièmement, le but est d’impliquer le personnel le plus tôt possible dans le processus de test. La meilleure façon dont un CIO puisse convaincre son organisation de soutenir un projet dans lequel il croit consiste à impliquer les autres dans ce projet, car ils n’y adhèreront certainement pas s’ils n’ont pas eu la possibilité ou l’occasion de le comprendre réellement au préalable. En prévoyant du temps pour se familiariser avec une nouvelle technologie avant qu’elle soit officiellement déployée, les membres du personnel peuvent d’abord en évaluer concrètement les avantages. Pour un CIO, c’est la manière la plus simple de défendre un projet dans lequel il croit, et le soutien du personnel sera nettement plus convaincant que des tableaux ou des graphiques.

Troisièmement, chaque expérimentation doit être considérée comme une leçon utile pour l’entreprise. Tester une nouvelle technologie en vase clos ne permet pas nécessairement de dégager des perceptions intéressantes. Faire tester une nouvelle technologie par les employés demande plus de temps, mais permet de rassembler des informations bien plus précieuses sur l’organisation et son potentiel d’amélioration.

Expérimenter une nouvelle technologie représente donc une formidable occasion pour l’entreprise mais elle n’est pas sans risque : l’échec est toujours possible. Auquel cas, les responsables IT devraient en tirer les leçons, et poursuivre leurs efforts pour continuer à aller de l’avant. Même si parvenir à une nouvelle solution signifie échouer à plusieurs reprises.


[Linkedin]

Les CIO sont souvent « incités » à échouer rapidement. Mais en confinant les expériences IT à l’espace d’un laboratoire, ils ratent souvent l’occasion de tirer d’importantes leçons de leurs expérimentations. Comment les CIO peuvent-ils aider leur organisation à opter pour l’expérimentation et exploiter les potentialités pour améliorer les opérations ?