Les PME européennes identifient les défis à relever pour réussir

Ces dernières années, en Europe, les conditions économiques n'ont pas été faciles pour les PME ; c'est un euphémisme. Les petites entreprises sont généralement plus vulnérables aux changements – même microscopiques – de l'économie, surtout comparées aux grandes entités.

Les PME, pourtant, restent optimistes ; elles sont nombreuses à rechercher tous les moyens pour se ménager des opportunités. Les petites entreprises doivent se concentrer et exploiter leur dynamisme pour réussir au milieu des défis économiques qu'elles rencontrent. Des outils et des technologies sont à leur disposition dans ce but.

L'économie européenne semble avoir entamé 2015 dans de bonnes conditions, et pour un grand nombre de petites entreprises, cette année devrait être celle des opportunités. Divers indicateurs économiques suggèrent une amélioration de la situation ; les prévisions sont optimistes pour les dirigeants de petites entreprises qui veulent aller de l'avant. Cependant, d'après une récente enquête de Canon sur le sentiment des PME et des micro-entreprises européennes, il reste plusieurs défis majeurs à relever pour parvenir au succès.

L'Union européenne annonce une croissance de 1,1 pour cent dans toute la zone euro pour l'année 2015. Ce chiffre n'a rien d'étonnant ; il a même été revu à la baisse, les estimations précédentes tablant sur 1,7 pour cent.

Ces statistiques représentent en tout cas un changement de cap important après la crise qui a frappé tout le continent à la fin des années 90. Pour que les signes de croissance se concrétisent, les organisations vont devoir tirer parti du redressement. Les PME comprennent qu'il y a là un nouveau potentiel de développement.

Les considérations économiques extérieures

Le cabinet d'études de marché ICM a récemment interrogé plus de 1.200 propriétaires de petites entreprises européennes à la demande de Canon. Les PME, constate l'étude, affichent déjà des aspirations de développement. Parmi les termes souvent cités dans les réponses, on relève « croissance de l'entreprise », « amélioration du service au client » et « expansion future ».

Bien que les conditions économiques restent délicates, de nombreuses petites entreprises espèrent pouvoir se concentrer dans les 12 mois qui viennent sur les améliorations opérationnelles et les innovations. Mais des aspirations aux réalisations, il y a un pas. Les PME ont encore des barrières à franchir.

Les petites entreprises et les micro-entreprises, révèle l'enquête de Canon, se sentent souvent limitées dans leurs tentatives de grandir, avec quelques fortes variations régionales. Si les propriétaires allemands se montrent les plus positifs, leurs collègues britanniques sont plus mitigés à l'égard de leur développement, malgré des perspectives nationales plus engageantes.

Côté français, la volonté est là, même si les conditions économiques sont encore dures. De même, en Espagne, les propriétaires de PME et les indépendants sont tournés vers la croissance, dans un contexte économique pourtant hostile. 51 des propriétaires d'entreprises – et jusqu'à 75 pour cent des petites entreprises espagnoles – estiment que la situation économique générale de leur pays est la principale difficulté qu'ils doivent affronter quotidiennement.

L'étude met en lumière l'impact des conditions économiques sur les petites entreprises, particulièrement fragiles en cas de fluctuations importantes. Alors que certains pays montrent des signes de reprise dans différents secteurs, d'autres doivent lutter pour retrouver la confiance d'avant la récession.

Et les problèmes ne s'arrêtent pas aux frontières nationales. Près d'un tiers des répondants (30 pour cent) s'inquiètent de la situation économique ou politique dans leur pays, tandis que 27 pour cent déplorent le manque de financement et de crédit.

Les difficultés internes des entreprises

Pour un grand nombre de propriétaires de petites entreprises, les considérations extérieures représentent une frustration et un frein : il n'est tout simplement pas possible d'agir sur la confiance économique générale et la gouvernance politique. Mais si les questions nationales et supranationales ne sont pas à la portée des propriétaires de PME et des indépendants, il existe des facteurs beaucoup plus immédiats, sur lesquels l'exploitant est en mesure d'intervenir.

Les entreprises soucieuses de profiter des signes de reprise économique doivent pouvoir agir rapidement. Plutôt que de se laisser entraver par leur mode de fonctionnement, les gestionnaires de PME et de micro-entreprises doivent se montrer suffisamment souples pour aborder directement leurs clients et connaître leurs nouvelles exigences.

L'enquête Canon le montre : non moins de 45 pour cent des petites entreprises européennes considèrent l'identification de nouveaux prospects et la fidélisation des clients comme des défis majeurs. Malheureusement, tous les chefs de petites entreprises ne sont pas en mesure de répondre aux préoccupations de leurs clients : plus d'un quart d'entre eux (28 pour cent) souhaiteraient consacrer davantage de temps à cette facette de leur métier.

La flexibilité est essentielle pour la petite entreprise qui cherche à surfer sur la vague du regain économique. La difficulté, cependant, est de revoir les priorités des tâches journalières et le temps disponible pour les clients. Si certains vont tirer parti du nouveau potentiel économique, d'autres seront incapables de se focaliser sur l'essentiel : le service au client et le développement de l'activité. Chaque seconde compte. La petite entreprise doit alléger son administration si elle veut dégager du temps et des ressources précieuses.

Nouvelles opportunités

L'enquête Canon précise aussi que plus d'un quart des propriétaires de PME (28 pour cent) estiment passer trop de temps sur leur administration. Par le recours actif aux nouvelles technologies d'impression, de scannage et de gestion de l'information, la petite entreprise peut consacrer moins de temps au classement pour privilégier les relations avec la clientèle et le développement commercial.

Les appareils multifonctionnels sont un des nombreux outils dont le propriétaire de PME dispose pour scanner les documents et numériser ses opérations. Ensuite, via la connexion au cloud, il peut traiter ces documents en déplacement à l'aide de divers appareils mobiles, libérant du temps pour se pencher sur ce qui est important.

La bonne nouvelle, c'est que des gestionnaires de petites entreprises ont déjà compris à quel point les progrès technologiques de l'impression et du scannage peuvent les aider.

Un bon quart des propriétaires de PME (26 pour cent) estiment que la volonté de croissance et d'innovation est un élément déterminant dans leur décision d'acheter ou de racheter des équipements d'impression, qu'il s'agisse de scanners ou de multifonctionnels. Ici encore, on relève des différences régionales : les chefs d'entreprise russes sont 41 pour cent à citer la croissance et l'innovation.

La lutte pour un retour rapide à la croissance exige du propriétaire de petite entreprise qu'il consacre plus de temps à ses clients. En surmontant l'obstacle de la charge administrative, les PME seront libres de se recentrer sur le service, l'innovation et la croissance.