LA NATURE

Bousculer les conventions : de nouvelles perspectives pour la photographie animalière et de nature

Trois ambassadeurs Canon issus de trois univers différents discutent de leurs diverses approches pour photographier la nature, ainsi que des magnifiques résultats que l'on peut obtenir avec ces techniques peu orthodoxes.
Les superbes cornes d'un cerf peuvent s'apercevoir à travers un voile de brume blanche.

« Je pense que mon approche est basée sur mon ressenti. Je me déplace parfois de quelques centimètres, ce qui change radicalement la photo », explique le photographe animalier Michel d'Oultremont. « Ces animaux sont sauvages. Vous devez donc faire preuve de patience et attendre que la chance vous soit favorable. Cependant, j'aime jouer avec les éléments naturels. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 600mm f/4L IS II USM (désormais remplacé par le Canon EF 600mm f/4L IS III USM) à 1/2000 s, f/4 et ISO 1600. © Michel d'Oultremont

Il est souvent difficile de trouver un style qui se démarque et permet d'aborder le même sujet sous une nouvelle perspective. Cependant, bien qu'ardue, la tâche n'est pas impossible. Avec le temps et la pratique, les photographes professionnels ont toujours l'opportunité de trouver une approche innovante pour appréhender leur art.

Michel d'Oultremont a commencé la photographie dans la campagne belge alors qu'il n'avait que 13 ans, avant de se lancer dans une carrière qui l'a fait voyager à travers le monde. Au fil des années, il a remporté de nombreuses distinctions, y compris le prix convoité du Photographe naturaliste de l'année du Rising Star Award en 2018.

Dafna Tal est une artiste multidisciplinaire qui pratique le théâtre, la sculpture et la peinture. Elle a trouvé sa vocation dans la photographie sous-marine. Son travail a été exposé à travers le monde, y compris au centre artistique Casula Powerhouse de Sydney, en Australie.

Clement Kiragu est un défenseur de l'environnement kenyan qui a travaillé pour des publications telles que le Financial Times et le National Geographic. Il a gagné le prix du Photographe de l'Afrique de l'année en 2017.

Dans cet article, ces trois ambassadeurs Canon discutent de l'état d'esprit, des techniques et des équipements qui leur ont permis de se créer une identité photographique propre. Ils examinent également leur art sous une nouvelle perspective.

Un pterois miles, aussi connu sous le nom de « poisson-lion », photographié de côté et éclairé contre un arrière-plan noir.

« La photographie animalière me pousse à partir à l'aventure et à faire de nouvelles découvertes. J'en apprends ainsi tous les jours sur le monde », déclare l'artiste israélienne Dafna Tal. « Il est très satisfaisant de relever des défis photographiques, en particulier en ce qui concerne la photographie sous-marine. » Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM à 46 mm, 1/125 sec, f/4,5 et ISO 320. © Dafna Tal

Une photographie d'un calmar de récif commun vu du dessus et de côté, éclairé contre un arrière-plan noir.

« Il y a quelque chose de fantastique à se trouver dans les profondeurs de l'océan, la nuit », s'enthousiasme Dafna. Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM à 70 mm, 1/250 s, f/3,2 et ISO 500. © Dafna Tal

Dafna Tal : créer un studio nocturne sous-marin

« En travaillant dans la photographie de portrait, commerciale et de paysage, j'ai accumulé assez d'expérience pour savoir comment la lumière rendra sur un objet sous presque tous les angles possibles », explique Dafna.

Avec ce bagage photographique, Dafna a réalisé qu'elle avait les capacités et les connaissances requises pour reconstituer l'environnement d'un studio qui lui permettrait de photographier la faune dans l'obscurité de l'océan. Selon elle, pour trouver un style et une perspective intéressants, il faut être honnête avec soi-même en tant que personne créative. « Il est essentiel que vous trouviez ce qui vous intéresse à titre personnel afin de le laisser vous guider. En effet, le plus important dans l'expression artistique est l'authenticité et la sincérité de l'artiste », déclare-t-elle.

À cette fin, Dafna a utilisé ses connaissances techniques sur la lumière et ses compétences en matière de plongée pour capturer la vie marine méconnue dans l'obscurité de la nuit. « Cet environnement m'évoque l'espace, avec toutes les particules dans l'eau et les créatures particulières que l'on ne voit pas forcément le jour », raconte-t-elle. « C'est aussi un moment qui donne beaucoup de contrôle sur la lumière, avec l'arrière-plan foncé qui met en valeur l'animal éclairé. »

Ce type de prise de vue requiert des compétences spécifiques et dépend de nombreux facteurs. En effet, Dafna doit gérer aussi bien ses propres mouvements continus que ceux de ses sujets. « Le Canon EOS R5 me permet de photographier dans presque toutes les situations. La technologie de suivi des visages et des animaux est très sophistiquée et peut prendre en charge des situations bien plus complexes qu'auparavant », précise-t-elle. « C'est un aspect essentiel quand le photographe et l'animal sont en mouvement constant. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Une photo en noir et blanc d'un lion en contre-plongée. L'animal est presque complètement caché par le feuillage dans le vent au premier plan.

« Dès que l'on arrive en voiture dans leur habitat, on est un intrus. Se rapprocher de plus en plus des animaux sauvages ne donne donc pas des images naturelles », met en garde le photographe et défenseur des animaux Clement Kiragu. Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé de l'adaptateur d'objectif Canon EF-EOS R et d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 40 mm 1/400 s, f/7,1 et ISO 200. © Clement Kiragu

Clement Kiragu : photographier depuis le sol

« Les gens ont tendance à photographier du toit de leur véhicule de safari. Cependant, lorsque vous photographiez un lion, vous voulez ressentir toute sa puissance. Vous devez donc vous baisser pour obtenir une perspective plus réaliste », confie Clement. Le photographe met à profit sa riche expérience au sein de la réserve nationale du Masai Mara, au Kenya, pour trouver une façon honnête et évocatrice d'immortaliser les animaux sauvages, tout en les dérangeant le moins possible. « Pour photographier des fauves, vous devez rester à bonne distance, utiliser un téléobjectif et observer patiemment », explique-t-il. « Ils peuvent même commencer à jouer, interagir avec leurs petits, chasser, etc. C'est ainsi que l'on peut photographier un comportement naturel. »

Clement a utilisé le Canon EOS-1D X Mark III pendant longtemps. Actuellement, il aborde un nouveau parcours créatif qui a été rendu possible grâce aux capacités du Canon EOS R5. Grâce au suivi des yeux du système EOS iTR AFX, Clement a commencé à photographier des images depuis un angle extrêmement bas, souvent obscurci par l'action au premier plan. Le spectateur se sent ainsi comme une proie plus petite, observant à distance.

« J'ai capturé une image (ci-dessus) avec de l'herbe dans le vent, tout autour de l'objectif. Pourtant, le Canon EOS R5 a tout de même repéré l'œil du lion. J'ai vraiment été épaté ! Cela aurait été quasiment impossible avec les modèles précédents », déclare Clement. « C'est quelque chose que je veux continuer à explorer. »

Le succès des photographies de Clement prises sur le vif et avec soin s'explique par sa patience et son choix d'équipement. « C'est pour cette raison que j'adore l'objectif Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM associé au multiplicateur Canon RF 1.4x », souligne-t-il. « Il me permet de photographier les animaux sans les déranger. »

« Mon approche de la photographie se veut plus artistique que documentaire. Mes images sont ainsi plus créatives et réfléchies. Mon objectif est d'intéresser les gens, et peut-être même de les rallier à la lutte pour la cause animale. »

Un gnou, de profil, à peine visible dans l'obscurité, dans une scène nocturne floue.

« Je me passionne pour les clichés dans lesquels l'animal se fond avec son environnement pour révéler un magnifique aspect de la nature. Il est essentiel pour moi de rendre justice au moment », déclare Michel. Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'une bague d'adaptation EF-EOS R et d'un objectif Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM (désormais remplacé par l'objectif Canon EF 400mm f/2.8L IS III USM) à 1/8000 s, f/2,8 et ISO 1000. © Michel d'Oultremont

Michel d'Oultremont : prendre du recul

« Selon moi, il est important de montrer l'environnement. Je n'aime pas vraiment les photos qui font apparaître l'animal distinctement », déclare Michel. « Je préfère avoir une touche de vie au milieu d'un bel environnement. J'essaie toujours de me placer dans un endroit esthétique. »

Michel a trouvé une méthode percutante pour inverser les rapports de dominance d'un décor. Dans certains clichés, il montre l'animal comme un petit élément distinguable de l'environnement, tandis que dans d'autres, il surexpose l'animal pour l'isoler. Ainsi, les animaux sont mis en valeur comme une petite pièce d'un plus grand puzzle. « J'ai l'impression que l'animal se déplace dans cette « toile » en face de moi, et que c'est lui qui choisit comment il sera cadré », révèle Michel.

Pour capturer de telles images, Michel associe un Canon EOS R5 aux objectifs Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM, Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM et Canon EF 600mm f/4L IS II USM à l'aide d'une bague d'adaptation monture EOS R. Dans le passé, il utilisait un Canon EOS 5D Mark IV et un Canon EOS 5DS R.

« L'EOS R5 m'est d'une aide précieuse. Son mode silencieux est extraordinaire pour ce genre de photographie », déclare-t-il. « Je travaille toujours avec une ouverture basse qui me permet d'isoler mes sujets. J'utilise la mesure évaluative de la lumière et je gère mon exposition avec les valeurs d'exposition. En réalité, je suis loin d'être un expert d'un point de vue technique. Je définis l'appareil sur plusieurs réglages automatiques qui me permettent de me concentrer uniquement sur mes rencontres animalières. »

Two male black grouses with blue, red and white markings fighting in the snow, one descending on the other from above.

Les meilleurs appareils photo et objectifs pour la photographie animalière

Markus Varesvuo, spécialisé dans la photographie d'oiseaux, et Marina Cano, photographe spécialisée dans la photographie animalière en Afrique, partagent leur kit préféré pour capturer des images époustouflantes du monde naturel.
Une photo en noir et blanc de trois zèbres galopant à travers la plaine, laissant une traînée de poussière dans leur sillage.

« Pour être prêt, il faut être en phase », déclare Clement à propos de la photographie animalière prise sur le vif. « Par exemple, vous devez savoir quel type de lumière vous plaît et quel positionnement vous souhaitez, car ces décisions doivent être prises en une fraction de seconde. Vous n'avez qu'un temps limité pour obtenir de bons résultats. Vous devez être prêt à capturer l'instant, car les moments de la nature ne se répètent pas ! » Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 170 mm, 1/30 sec, f/14 et ISO 100. © Clement Kiragu

Clement Kiragu : maîtriser le mouvement

L'approche artistique de Clement l'a également amené à s'éloigner de la recherche traditionnelle de netteté et de clarté. Il explore désormais le flou de mouvement pour capturer les mouvements. Pour Clement, il ne s'agit pas que d'une démarche artistique. « J'utilise le flou de mouvements pour les animaux auxquels les gens s'intéressent le moins. Je mets à profit cette technique pour attirer l'attention sur les animaux comme les zèbres et les gnous », déclare-t-il.

Ces clichés ne sont pas faciles à réaliser, mais Clement assure qu'ils en valent la peine lorsqu'ils sont réussis. Clement possède désormais sa propre approche pour s'assurer que la magie opère. « Je photographie avec le Canon EOS R5, principalement avec l'objectif Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM », rapporte-t-il. « Je définis toujours la sensibilité ISO sur 100, je réduis la vitesse d’obturation à 1/25, puis je compense avec l'ouverture. Je dois beaucoup tâtonner avant d'obtenir le résultat escompté. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Absolument. »

Pour en savoir plus sur la science de la photographie animalière, écoutez cet épisode du podcast Shutter Stories de Canon :

Une photo en gros-plan de bulles d'eau arborant différentes teintes de bleu, sous la surface de la mer Rouge.

« Il ne fait aucun doute que tous les environnements naturels méritent une série de photos en gros-plan mettant en valeur leurs fabuleux détails », explique Dafna. Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM à 70 mm, 1/800 s, f/5 et ISO 125. © Dafna Tal

Une myriade de petites bulles d'eau photographiées sous la surface de la mer Rouge.

« Les photographes professionnels cherchant à photographier sous l'eau doivent maîtriser une nouvelle compétence : la plongée. Tout d'abord, je recommanderais aux photographes d'apprendre à plonger pour voir si cette activité leur plaît, puis de continuer si c'est le cas. » Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 15-35mm F2.8L IS USM à 35 mm, 1/250 s, f/3,5 et ISO 100. © Dafna Tal

Dafna Tal : déceler la beauté de la nature

Bien que Dafna se consacre à la photographie de la vie en eaux profondes, elle est également convaincue que les environnements peuvent être tout aussi beaux que les animaux qu'ils abritent. La mer elle-même devient ainsi un sujet intéressant. « Selon moi, chaque détail naturel, du plus infime au plus imposant, est fascinant et plein de charme », explique-t-elle.

S'agissant d'une plongeuse et amatrice de photographie et de nature, il n'est pas surprenant que la vocation de Dafna soit de photographier la beauté de l'océan. Dans une série de clichés détaillés plus petits (comme ceux ci-dessus), elle parvient à photographier ce vaste monde avec beaucoup de caractère.

« Je pense que l'eau, et le monde sous-marin en général, est un environnement qui permet de jouer avec la lumière, les couleurs et les textures : la transparence de l'eau, le vent, les vagues et la lumière changeante créent d'indénombrables formes du plus bel effet », raconte Dafna. « Une profondeur de champ plus faible ajoute de l'intensité à l'image et crée un effet intéressant. De plus, la qualité de l'objectif affecte l'effet « bokeh ». À cet égard, je ne peux que complimenter les objectifs Canon RF pour la belle texture qu'ils créent. »

En raison de la nature créative de ses clichés, Dafna pense qu'obtenir une image réussie n'est pas une science exacte, mais plutôt une affaire d'expérimentation. « Il est important de garder à l'esprit qu'il n'y a pas de paramètres de l'appareil photo « corrects ». Je recommande de faire autant d'essais que possible, avec différentes expositions, y compris la sous-exposition et la surexposition, différentes vitesses, etc., afin de déterminer ce qui fonctionne le mieux et attire l'œil», conclut-elle.

Jack Fittes

Articles liés

  • ARTICLE

    Chris Packham : jumelles, appareils photo, l'éthique et moi

    Le célèbre présentateur de télévision et auteur, avec sa belle-fille et coprésentatrice Megan McCubbin, discutent de l'observation et de la photographie de la nature.

  • A Canon PIXMA PRO-200 prints out an image of an orangutan swinging upside down from a branch.

    ARTICLE

    « L'impression est le meilleur moyen de faire passer le message »

    Le photographe animalier Maxime Aliaga veut sauver l'orang-outan - découvrez comment ses tirages spectaculaires contribuent à promouvoir leur préservation.

  • ARTICLE

    Créations artistiques à base de déchets plastiques polluants

    Découvrez comment Mandy Barker utilise des déchets plastiques pour composer ses images à la fois magnifiques et glaçantes, afin de sensibiliser à la pollution plastique qui affecte nos océans.

  • Image en noir et blanc d'un très grand requin blanc jaillissant de l'océan.

    ARTICLE

    Des résultats à la hauteur des risques : témoignage de Chris Fallows sur la photographie de requins

    Chris Fallows, photographe animalier et ambassadeur Canon, parle de son amour pour les requins et de la découverte remarquable qu'il a faite sur leur comportement.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro