ARTICLE

10 conseils professionnels pour améliorer vos photos de sport

Représentant la Belgique, Nafissatou Thiam franchit la barre au saut en hauteur avant de remporter l'heptathlon féminin le 5 août 2017. Le photographe Tom Jenkins déclare : « J'utilise souvent une grande ouverture de f/2,8 ou f/4. Ainsi, l'arrière-plan est complètement flou et ma photo met en avant ce que je veux montrer, à savoir l'action. » Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM à 1/4000 s, f/4,0 et ISO400. © Tom Jenkins

Tom Jenkins est un photographe sportif plusieurs fois primé travaillant pour le journal The Guardian, mais aussi ambassadeur Canon. Au cours des 30 dernières années, il a couvert des évènements sportifs majeurs, dont six Coupes du monde de football, cinq Jeux olympiques d'été, cinq Coupes du monde de rugby, 20 tournois de Wimbledon et bien d'autres encore. Il dévoile ici ses principales astuces, notamment les fonctions les plus adaptées pour améliorer votre taux de clichés réussis, et révèle comment il a capturé certains des moments sportifs les plus grandioses.

« Vous savez, je n'ai jamais vraiment été captivé par les photos à exposer dans une galerie d'art ou difficiles à assimiler. J'ai toujours voulu prendre des photos auxquelles les gens pouvaient s'identifier immédiatement », raconte Tom Jenkins. En tant que photographe pour The Guardian, ses photos doivent tout de suite attirer l'attention des lecteurs. Toutefois, nombre de ses clichés primés sont le fruit du hasard.

La photo qui lui a valu son premier prix dans la catégorie Sports, images uniques, du concours World Press Photo 2017, en est le parfait exemple. Il a capturé la chute de la jockey Nina Carberry et de son cheval lors de la course de steeple-chase Grand National. Lorsque Tom Jenkins a pris cette photo emblématique, il était trop occupé à manipuler cinq appareils photo (boîtiers Canon EOS-1D X et Canon EOS 5D Mark IV équipés de différents objectifs) pour réaliser qu'il venait de photographier un cliché gagnant. Puisqu'en photographie sportive, tout va très vite, Tom Jenkins suit quelques règles pour s'assurer de réaliser le meilleur cliché possible, même par hasard.

Eight female athletes compete in the hurdles event, one woman has fallen at the first fence lying on her front as the others leap over the other fences.
Deborah John (Trinité-et-Tobago) percute le cinquième obstacle lors du 100 mètres haies féminin le 11 août 2017. « Pour anticiper les moments forts, mettez à profit vos connaissances sportives », conseille Tom Jenkins. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM à 1/1600 s, f/5,0 et ISO 320. © Tom Jenkins

1. Connaissez bien le sport que vous couvrez…

« Cela semble simple, mais c'est vraiment important », rappelle Tom Jenkins. « Je suis un féru de sport. Adolescent, je me souviens avoir lu un livre sur les règles du sport. Cela peut sembler ennuyeux, mais je l'ai trouvé fascinant. Il m'arrive encore aujourd'hui de couvrir des sports que je ne connais pas, comme la lutte gréco-romaine. Dans ce cas, je fais des recherches en amont.

« Il faut comprendre ce que les participants essaient d'accomplir, et ce qui les fait gagner ou perdre. D'un point de vue journalistique, il est également important de connaître les tenants et les aboutissants. Devant un combat de lutte, un néophyte voit deux personnes se faire un câlin pendant quelques minutes, jusqu'à ce que l'une d'elles soit plaquée au sol. Or, quelques petits détails peuvent rendre une photo exceptionnelle, notamment lorsque l'une essaie de préparer une prise spécifique sur l'autre. Si vous savez ce que cette personne essaie d'accomplir, vous pouvez vous tenir prêt. »

A pack of six jockeys and their horses gallop through snow towards the camera, kicking up snow.
Chevaux et cavaliers en pleine course sur le lac gelé de St Moritz, en Suisse, le 12 février 2006. « La nouvelle technologie d'autofocus augmente sensiblement mon taux de clichés réussis », s'enthousiasme Tom Jenkins. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II à 1/1600 s, f/5,6 et ISO 200. © Tom Jenkins

2. Soyez prêt à réagir

Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

« Chaque sport a ses lieux et ses moments clés, où l'action est à son paroxysme. Marquer un but ou franchir la ligne d'arrivée sont les plus évidents, mais il en existe une multitude d'autres. Pour les anticiper, mettez à profit vos connaissances sportives. Il se peut par exemple qu'un joueur célèbre ses buts de façon particulière. Le sport étant imprévisible, il est possible que tout ne se passe pas exactement comme vous l'avez prévu. Toutefois, si vous êtes bien préparé, vous pouvez vous trouver au bon endroit, au bon moment, pour ne pas rater le coche », précise Tom Jenkins.

Le secret pour capturer des moments décisifs est d'avoir toujours un équipement adapté et prêt à l'emploi à portée de main. « Tout va très vite. J'essaie donc d'élargir mon point de vue afin d'accroître mes chances de réussir mes photos. J'installe des appareils photo à distance à deux angles différents, tandis que je couvre un troisième angle, d'où je déclenche tous les appareils photo à l'aide d'une télécommande...

« De plus, grâce à la nouvelle technologie d'autofocus, mon taux de clichés réussis est bien plus élevé », explique Tom Jenkins. Ses appareils de prédilection, le Canon EOS-1D X Mark II et le Canon EOS 5D Mark IV, sont dotés de 61 collimateurs AF sélectionnables et du système de suivi avancé EOS iTR, qui facilite le suivi des sujets en mouvement et assure une mise au point nette et précise. « Pour une voiture de course lancée à 320 km/h, j'effectue la mise au point sur l'intégralité de la scène, chose que je ne pouvais pas faire auparavant. Désormais, si une image est floue, je me dis : « Bon sang, c'est incroyable. Que s'est-il passé ? »

An athlete looks straight at the camera with striking blue-grey cat's eye contact lenses in, shotput in one hand as he prepares to throw it, and missing his other arm.
Michael Kacer représentant les États-Unis lors de la finale masculine de lancer de poids, dans la catégorie IF1, le 11 septembre 2014. Tom Jenkins nous livre l'un de ses secrets : « Si vous en avez l'opportunité, approchez-vous [du sportif] ». Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM à 1/1600 s, f/2,8 et ISO 500. © Tom Jenkins

3. Les gros objectifs ne font pas tout...

« Les gens pensent que les photographes sportifs n'utilisent que des gros objectifs. Il existe tellement d'évènements sportifs auxquels il est possible d'assister sans passe (marathons et courses cyclistes, par exemple). Étant donné que vous pouvez être au plus près de l'action, un long objectif n'a aucun intérêt. Je dois utiliser de longs objectifs, car je me retrouve souvent dans les zones de presse ou dans des endroits du stade éloignés des sujets que je dois photographier (entraîneurs de l'autre côté du terrain, par exemple). Mais si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas à vous rapprocher. Dans une course cycliste, je peux quasiment toucher les coureurs, un objectif grand-angle est donc tout indiqué. »

4. Maîtrisez votre équipement

« De nos jours, les photographes disposent d'équipements exceptionnels. Ils peuvent s'en servir de différentes façons, mais tout en gardant le contrôle. Ne laissez pas votre équipement vous contrôler, maîtrisez-le. Mon action-cam de prédilection est le Canon EOS-1D X Mark II. L'autofocus est exceptionnel, allant jusqu'à 14 images par seconde. Je l'utilise toujours en mode AI Servo afin que la mise au point suive le sujet. Mon taux de clichés réussis s'en trouve considérablement amélioré. De plus, la haute sensibilité du capteur à la lumière m'aide à travailler dans des conditions d'éclairage sombres et à réaliser des photos parfaites. »

A group of several runners move along an athletics track so quickly that they are blurred. The lights from a big screen merge with them, creating an exciting effect.
Coureurs lors du 5 000 m masculin le 9 août 2017. « Il m'arrive de vouloir du mouvement ou du flou dans mes photos », indique Tom Jenkins. « En photographie sportive, il ne s'agit pas seulement de capter l'action, mais de l'illustrer. » Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM à 1/8 s, f/10 et ISO 100. © Tom Jenkins

5. Testez différentes vitesses d’obturation

« On pense souvent à tort que les photographes sportifs utilisent toujours une vitesse d'obturation rapide. Lors d'un match de football, je ne descends pas en-dessous de 1/1600 s, sauf lorsque je cherche à créer un effet de mouvement ou de flou dans ma photo. Réfléchissez à la photo que vous souhaitez prendre. Si vous voulez capturer une action à son paroxysme (deux joueurs heurtant simultanément le ballon, par exemple), optez pour une vitesse d'obturation élevée. Toutefois, en photographie sportive, il ne s'agit pas seulement de capter l'action, mais de l'illustrer. Faites des tests. Les appareils photo modernes sont dotés d'un écran à l'arrière. Vous pouvez ainsi voir votre photo instantanément. Si elle vous plaît, parfait. Sinon, supprimez-la et vous n'aurez rien perdu. »

6. Élargissez votre champ autant que possible

« J'utilise souvent une grande ouverture, de f/2,8 ou f/4. Ainsi, l'arrière-plan est complètement flou et ma photo met en avant ce que je veux montrer, à savoir l'action. De nombreux stades sont désormais cernés de publicités aux couleurs vives et criardes. Je suis là pour photographier le sport, pas les publicités. Une grande ouverture et une petite profondeur de champ m'assurent une meilleure marge de manœuvre pour utiliser une vitesse d'obturation rapide. Mon appareil photo peut aller jusqu'à 1/8000 s, ce qui est vraiment utile lorsque j'essaie d'obtenir la bonne exposition sous un soleil éclatant. »

An infrared image casts the sky dark and trees and grass tennis court light grey as officials and fans watching a match.
La photographie sportive peut également être créative, selon Tom Jenkins, qui a utilisé une caméra infrarouge pour donner un air surréaliste à un match de tennis, s'inspirant des photographes de paysage. Photo prise avec le modèle Canon EOS 7D à 1/1000 s, f/9 et ISO 400. © Tom Jenkins

7. Variez vos angles

A female gymnast holding a ball at arm's length appearing headless.

Les femmes championnes de la photographie : Hannah Peters

La photographe de Getty, Hannah Peters, parle de sa carrière de photographe de sport et de sa vie en tant que femme au bord des terrains.

« Ne prenez pas toutes vos photos à hauteur d'yeux. Lorsque les sujets sautent (deux joueurs de football faisant une tête, par exemple), une prise de vue au niveau du sol met en avant la hauteur du saut. Au basket-ball, il arrive que les joueurs regardent en l'air, en direction du panier. Si vous êtes sur un balcon, vous pouvez capturer leur regard, avec le parquet en arrière-plan. Ne vous contentez pas de laisser l'action se dérouler devant vous.

« Posez-vous la question : « Quel est le message que je souhaite faire ressortir de ce match, de cette course ou de cet événement, et comment y parvenir ? » Définir ce qu'est une grande photo de sport est difficile, il convient donc de faire preuve d'ouverture d'esprit. Je couvrais les championnats du monde d'athlétisme quand Usain Bolt s'est effondré sur la piste lors de sa dernière course, ce qui constituait un cliché idéal pour les gros titres. Mais il m'arrive parfois de rechercher davantage une belle photo qui illustre la vitesse, l'agilité ou la beauté. »

8. Inspirez-vous des autres styles

Pour garder une longueur d'avance sur ses concurrents et réaliser des photos époustouflantes, Tom Jenkins ne cesse de se réinventer et de capturer les évènements sportifs majeurs sous un angle inédit. En 2017, au tournoi de Wimbledon, il a eu l'idée de photographier le célèbre gazon en mode infrarouge. « J'avais vu comment les photographes de paysage avaient utilisé l'imagerie infrarouge pour obtenir un rendu des couleurs vraiment différent », explique-t-il. « De nos jours, le vert domine à Wimbledon : le gazon est vert, les décors sont verts et la façade du club-house est recouverte de plantes grimpantes. Il m'a semblé intéressant de voir l'effet que pourrait avoir le mode infrarouge et d'observer le rendu à différents moments de la journée, à l'aide de caméras thermosensibles. »

Tom Jenkins a contacté Canon pour emprunter une caméra infrarouge. Il a eu la chance de tomber sur deux journées très chaudes, qui ont généré des photos vraiment différentes de celles prises par temps plus froid. Le rendu était irréel et captivant. La série entière a été partagée par des centaines de lecteurs en ligne. « Le monde entier sait à quoi Wimbledon ressemble. Vous pouvez donc jouer sur la familiarité du public en lui présentant quelque chose de totalement différent. C'est du moins ce que j'essaie de faire. Ainsi, je ne me retrouverai peut-être jamais à court d'idées pour les évènements auxquels j'assiste régulièrement », précise-t-il.

The shadow of a broad, winter-bare tree casts a shadow over a huge portion of a rugby field, as fans cheer on players.
Tom Jenkins souligne qu'il existe de nombreux évènements sportifs, comme ce match de rugby local, que vous pouvez photographier sans détenir de carte de presse. Photo prise avec le modèle Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/6400 s, f/4.5 et ISO 400. © Tom Jenkins

9. Soyez prêt en cas d'intempéries

« Parfois, les meilleures photos sont prises dans les pires conditions qui soient. Un match de rugby sous une pluie battante, où les joueurs sont couverts de boue, est intéressant. Vous pouvez réaliser de superbes photos d'un joueur plongeant dans une énorme flaque de boue. Pour ce faire, vous ne devez rien laisser au hasard et vous protéger, vous et votre appareil photo. Je dispose de protections Gore-Tex pour mon appareil photo, mais elles sont relativement chères. J'apporte donc aussi de nombreux chiffons et peaux de chamois, que l'on peut acheter dans des garages. Vous pouvez les utiliser pour nettoyer, essuyer ou recouvrir l'appareil photo, de façon à absorber l'humidité. Je suis également équipé d'un manteau, d'un pantalon et de chaussures imperméables, mais aussi de plusieurs paires de gants. Ne laissez pas vos pieds mouillés vous déconcentrer et vous faire rater le coche. »

10. Repoussez vos limites et celles de votre appareil photo

« Vous pouvez vous retrouver à un match de rugby par une journée froide d'hiver, sans éclairage et vous dire « Je ne peux rien photographier ». Mais en réalité, vous pouvez tout de même essayer. Les appareils photo modernes sont dotés d'incroyables capteurs. Ils peuvent détecter des choses invisibles à l'œil nu. Ne vous laissez pas décourager par des conditions d'éclairage sombres. Pour Tom Jenkins, « il est essentiel de connaître votre appareil et de savoir ce qu'il peut et ne peut pas faire ». L'appareil photo plein format Canon EOS 5D Mark IV est doté d'une plage de sensibilité ISO comprise entre 100 et 32000 et d'un autofocus précis même en basse lumière, tandis que le Canon EOS-1D X Mark II a une plage de sensibilité ISO s'étendant de 100 à 51200.

« Lors d'évènements sportifs, je ne veux pas avoir à me soucier de mon appareil photo, pour me concentrer sur l'action. À trop penser à la vitesse d’obturation ou aux fonctions des différents boutons, vous en oubliez de suivre le match ou l'événement. Pendant un match, je peux modifier les paramètres de façon très rapide et instinctive. Emmenez votre appareil photo partout avec vous pour photographier tout et n'importe quoi. Vous saurez alors de quoi il est capable. »

Rédigé par Rachel Segal Hamilton & Kathrine Anker


L'équipement de Tom Jenkins

L'équipement indispensable pour la photographie sportive professionnelle

Photographer Tom Jenkins stands by the side of a football pitch with three Canon cameras fitted with telephoto lenses.

Appareils photo

Canon EOS-1D X Mark II

Offre des performances de pointe grâce à son capteur CMOS plein format à haute sensibilité de 20,2 millions de pixels, à son système autofocus Dual Pixel étendu à 61 collimateurs et à sa fonction d'enregistrement vidéo 4K. « La haute sensibilité du capteur à la lumière m'aide à travailler dans des conditions d'éclairage sombres et à réaliser des photos parfaites », précise Tom Jenkins.

Canon EOS 5D Mark IV

Ce reflex plein format de 30,4 millions de pixels capture le moindre détail, même en situation de contraste extrême. La prise de vue en continu à 7 im./s est utile lorsque vous souhaitez saisir l'instant parfait, tandis que la vidéo 4K assure des séquences en ultra-haute définition. « La nouvelle technologie d'autofocus augmente sensiblement mon taux de clichés réussis », s'enthousiasme Tom Jenkins.

Objectifs

Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM

Un téléobjectif zoom robuste et puissant, un stabilisateur d'image 4 vitesses idéal pour la prise de vue à main levée en condition de basse lumière et des lentilles à dispersion ultra-faible offrant un contraste élevé et des couleurs naturelles.

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Fort d'une optique précise et à d'une compatibilité avec la plupart des environnements, cet objectif zoom de la série L est considéré comme une référence par les photographes professionnels.

Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM

Super téléobjectif ultra-hautes performances de série L doté d'un stabilisateur d'image 4 vitesses et de 3 modes. L'EF 400mm f/2.8L IS II USM offre une qualité d'image exceptionnelle, et sa robustesse en fait un objectif idéal pour photographier les événements sportifs.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant